Angola

Luanda (AFP) Son sourire énigmatique cache une poigne de fer et un art consommé de la manipulation. Sans jamais avoir été directement élu, le président Jose Eduardo dos Santos est parvenu à diriger l’Angola sans partage pendant près de quarante ans. A presque 75 ans, l’ancien rebelle marxiste a décidé de rendre le pouvoir à l’issue des élections générales prévues mercredi, usé par la maladie. Sa retraite marque la fin d’un règne autoritaire dans un pays secoué par une grave crise économique, conséquence de la chute des cours du pétroleRead More
Luanda (AFP) Un fidèle du régime, un homme du sérail, en bref le dauphin idéal. A 63 ans, le général à la retraite Joao Lourenço s’apprête à incarner le nouveau visage du pouvoir en Angola au lendemain des élections générales de mercredi. Candidat du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) au pouvoir, l’ancien ministre de la Défense doit, en cas très probable de victoire, succéder au président José Eduardo dos Santos, qui prend sa retraite après trente-huit ans de règne à la tête du pays. “Joao Lourenço faitRead More
Luanda (AFP) L’Angola vote mercredi pour des élections générales qui marquent la fin du règne exercé depuis trente-huit ans par le président José Eduardo dos Santos et vont, sauf énorme surprise, prolonger celui de son parti dans un pays en pleine crise économique. Au pouvoir depuis l’indépendance de l’ancienne colonie portugaise en 1975, le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) devrait une nouvelle fois l’emporter et installer son candidat et dauphin désigné, l’ex-ministre de la Défense Joao Lourenço, dans le fauteuil de chef de l’Etat. Faute de moyensRead More
Luanda (AFP) L’Angola, qui vote mercredi pour des élections générales, est un pays riche d’immenses réserves pétrolières, mais peine encore à en faire profiter sa population qui reste parmi la plus pauvre au monde. Le pays a connu près de trois décennies de guerre civile (1975-2002, 500.000 morts). Il est dirigé depuis 1979 par José Eduardo dos Santos, qui doit passer la main après les élections du 23 août auxquelles il ne se présente pas. – Boom pétrolier puis crise – L’Angola est avec le Nigeria l’un des deux principauxRead More
Luanda (AFP) Le gouvernement angolais a fait une légère marche arrière en acceptant l’envoi de quatre observateurs de l’Union européenne pour les élections générales du 23 août, après les avoir refusé le mois dernier, a-t-on appris mardi de sources concordantes. “L’UE va seulement envoyer une petite mission d’experts pour marquer sa présence en Angola pendant le processus électoral”, a confié à l’AFP une source diplomatique européenne à Luanda, sous couvert d’anonymat. “On ne peut pas vraiment parler d’observateurs, seulement d’experts. Une vraie mission d’observateurs c’est 200 personnes”, a-t-il expliqué. Mi-juillet,Read More
Luanda (AFP) La campagne des élections générales du 23 août a officiellement débuté samedi en Angola avec un grand meeting de l’Unita, le principal parti d’opposition, un scrutin qui doit marquer la fin du règne du président Jose Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 38 ans. “Je déclare ouverte la campagne électorale (…). Les partis peuvent commencer leurs activités dans le respect de la loi”, a déclaré samedi Andre da Silva Neto, le président de la commission nationale électorale. L’Unita, principale formation d’opposition, a lancé sa campagne dès samedi après-midiRead More
Luanda (AFP) Le parlement angolais a voté vendredi une loi limitant les pouvoirs militaires et sécuritaires du futur président de la République qui sera issu des élections générales du mois prochain pour remplacer Jose Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 1979 et qui a décidé de ne pas se représenter. Cette nouvelle loi, approuvée grâce à la large majorité de députés du Mouvement pour la libération de l’Angola (MPLA, au pouvoir), reconduit pour huit ans les dirigeants de l’armée, des services de renseignement et de la police, et empêche deRead More
Luanda (AFP) L’opposition angolaise a réclamé mercredi une clarification officielle sur l’état de santé du président Jose Eduardo dos Santos que de nombreuses rumeurs décrivent mourant, en voyage médical à Barcelone, depuis le début du mois de mai. “Nous sommes tous préoccupés par le manque d’information officielle sur l´état de santé du président de la République”, a dénoncé auprès de l’AFP Rafael Savimbi, le fils de Jonas Savimbi, ex-leader de l’Unita le principal parti d’opposition. “J’ai reçu des messages sur l’état de santé extrêmement grave de Jose Eduardo dos Santos.Read More