Posted On janvier 27, 2017 By In Non classifié(e) With 80 Views

Burundi: l’UE salue la libération d’un groupe de prisonniers politiques

Nairobi, 27 jan 2017 (AFP)

L’Union européenne a salué la libération de militants d’opposition au Burundi pour la première fois depuis le début de la crise actuelle, une mesure qui selon l’UE va “dans le sens de l’apaisement”, selon un communiqué diffusé jeudi soir.
Bujumbura a libéré lundi, devant le corps diplomatique accrédité, plus de 300 prisonniers dans le cadre d’une grâce présidentielle qui doit toucher à terme 2.500 détenus, soit le quart de sa population carcérale, en vue de désengorger les prisons.
Ce premier groupe incluait 58 militants arrêtés lors d’une manifestation interdite et violemment réprimée par la police burundaise le 9 avril 2014. Ils avaient été condamnés à des peines allant jusqu’à la perpétuité lors d’un procès qualifié d'”expéditif” par la communauté internationale.
Plusieurs manifestants arrêtés pour leur participation aux manifestations contre le 3e mandat de M. Nkurunziza ont également été libérés à cette occasion, sans qu’aucun chiffre ne soit donné.
“L’Union européenne a pris note de la libération, dans le cadre de la récente décision d’amnistie présidentielle, de certains membres du parti MSD emprisonnés depuis mars 2014 ainsi que de manifestants arrêtés lors des évènements de 2015”, indique le communiqué de l’UE.
“Cette mesure, dont l’ampleur reste à confirmer, va dans le sens de l’apaisement et de la recherche d’une solution à la crise politique”, poursuit l’UE, qui “encourage vivement le gouvernement burundais à poursuivre dans cette voie”.
L’UE et ses pays membres sont les principaux bailleurs de fonds du Burundi, petit pays de l’Afrique des Grands lacs plongé dans une grave crise politique depuis avril 2015 et la candidature controversée du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, puis sa réélection en juillet de la même année.
Le Burundi est sous sanctions de l’UE et de ses pays membres, avec pour objectif de pousser le gouvernement à engager un dialogue avec son opposition en vue d’une sortie de crise, ce qu’il a toujours refusé jusqu’ici.
L’UE et ses pays ayant une mission au Burundi – Allemagne, Belgique, France, Pays-Bas et Royaume-Uni – représentaient plus de 70% des aides reçues par Bujumbura, qui est depuis le début de la crise désormais classé pays le plus pauvre du monde.

Tags : , , , ,