Posted On octobre 2, 2019 By In SLIDER With 871 Views

La vie d’Alpha Condé : un symbole du panafricanisme de ce siècle

de Guido Talarico

Les hommes qui font l’histoire n’ont souvent pas une vie facile. Alpha Condé, le président en exercice de la Guinée, a eu une vie particulièrement intense, parfois difficile et parfois épique, certainement mémorable. Son parcours est très proche de celui de Nelson Mandela. La différence entre les deux réside peut-être dans la durée de l’emprisonnement, Nelson est resté en prison 27 ans, Alpha 28 mois, et dans le fait que la lutte contre l’apartheid est devenue au fil des ans un mouvement anti-ségrégation planétaire. A l’inverse, Condé est devenu le symbole du panafricanisme des années 2000. Son modèle politique, fondé sur la pacification, l’intégration et le développement économique, est devenu en quelques années un modèle pour toutes les jeunes démocraties africaines. La vidéo que nous publions sur cette page fait partie d’une longue interview que le Président de la Guinée nous a accordée en exclusivité. Nous parlons ici de sa longue et fascinante expérience humaine. Une journaliste qui le connaît bien, Marie-Roger Biloa, l’a qualifié de “militant infatigable“, en référence au fait que Condé a commencé à militer politiquement dès son plus jeune âge, exactement à l’âge de 15 ans quand il a été contraint de fuir en France. “A Paris, dans la communauté africaine – écrit Biloa – Condé était une référence pour tous ceux qui luttaient pour la création de l’Etat de droit en Afrique“. Un engagement de jeunesse qui a grandi au fil des années pour faire de Condé l’une des figures de proue de la légendaire FEANF, la Fédération des étudiants de l’Afrique noire en France.

Son combat pour la libération de la Guinée, contre la dictature brutale de Sékou Touré puis de son successeur, l’affairiste Lansana Conté, et enfin, depuis 2008, contre la junte militaire impitoyable du capitaine Moussa Dadis Camara et du général Sékouba Konaté, est un long et pénible voyage, plein de risques et de défaites. Condé professait la façon de protéger les droits pour tous les citoyens. les autres tiraient.

Mais le “militant infatigable” n’a jamais lâché prise. Plus ils s’opposaient à lui, plus ils le rejetaient, moins il abandonnait. Une foi inébranlable, une persévérance renforcée par une obstination évidente tout à fait semblable à celle de Mandela. Et ces traits de caractère sont encore clairement visibles aujourd’hui, à 81 ans. Il suffit de passer quelques jours avec lui pour saisir sa ténacité, sa détermination et sa compétence. Quand vous parlez d’un dossier, il le connaît très bien. Lors de son long séjour parisien, Alpha Condé a été professeur de droit à l’université. Et vous pouvez voir que cet état d’esprit est resté intact. Il étudie, documente et examine ensuite ce que font les autres. Mais revenons aux années de la chute de la dictature : une période très dangereuse et d’une grande fragilité pour le pays.

Comme nous le disions, Condé a été l’objet de nombreuses attaques de la part des dictateurs qui se sont succédé à la tête de la Guinée. Il a été contraint à l’exil, persécuté et même condamné à mort en 1970. En réalité, tout son travail a été contré par des intimidations, des attaques (celle à son domicile en 2011 était très sérieuse), des pressions et des manipulations de toutes sortes. La raison de tant d’acharnement contre ce professeur doux avec un air ferme mais bon enfant est simple : les gens ont toujours été avec lui. Marie-Roger Biloa se souvient encore du retour de Condé dans son pays natal comme “d’une aventure inoubliable”.

L’aéroport de Conakry était plein de soldats – écrit la journaliste camerounaise qui était dans le même avion que Condé – mais avec eux il y avait une foule océanique, acclamée et incontrôlable, qui pris Condé et l’amena dans le pays sans même passer la douane“. Malgré cette immense faveur populaire, Condé a subi toutes sortes d’attaques, même armées, jusqu’à l’affront le plus désespéré, celui de la prison. Sous le régime de Lansana Conté, et au milieu de la campagne électorale, Alpha Condé a été arrêté pour des raisons ridicules puis emprisonné. Une détention absurde qui a provoqué des protestations et des indignations dans le monde entier. Il est resté en prison pendant 28 mois, ce qui marque le début de la fin de la dictature.

La détermination du “militant infatigable” a finalement été récompensée : en 2010, Alpha Condé a finalement remporté le vote et est devenu le premier président démocratiquement élu dans son pays. Mais si vous imaginez que c’est la fin heureuse d’une

très longue histoire, vous vous trompez. Dès son entrée en fonction, le “Président du peuple” a dû reconnaître qu’il avait hérité d’un pays très pauvre, déchiré par la corruption, divisé par des conflits ethniques, menacé par des défaites. Non seulement cela, mais peu après sa création, la Guinée a été dévastée par l’épidémie d’Ebola, qui l’a isolée du reste du monde et l’a appauvrie davantage. Mais tout cela n’a pas effrayé le vieux guerrier mandingue, qui a réagi à sa manière, c’est-à-dire en retroussant ses manches et en travaillant encore plus. Ce ne furent pas des années faciles. La difficulté d’un pays si durement éprouvé par le destin a causé de grandes souffrances aux Guinéens.

Mais Condé a fait ce qu’il fallait : il a réformé les forces armées, les a mises au service de la nation, a pacifié les différents groupes ethniques qui ont combattu pendant des décennies, les a associés à la reconstruction du pays et a encouragé son intégration, il a lancé les processus de reconstruction et de redressement économique. Petit à petit, le gouvernement de Condé a gravi les échelons à tel point qu’en 2015, il a été réélu dans un climat de compétition électorale normale. Avec son second mandat, il a commencé à voir les fruits d’un travail si profond qui avait commencé les années précédentes. Condé a mobilisé toute sa grande connaissance internationale au cours de sa vie et a mis sa crédibilité personnelle au service du pays. Une crédibilité et une appréciation qui, en 2017, ont conduit Alpha Condé à être nommé président de l’Union africaine, une position de grand prestige international qui découle certainement de la grande stature politique et éthique du dirigeant guinéen mais aussi de son statut de défenseur parmi les plus influents et reconnus des meilleures politiques panafricaines. Ainsi, avec une démocratie de plus en plus consolidée, l’éradication d’Ebola, la pacification, une gestion fiable et prudente du pays et, surtout, avec un leadership apprécié dans le monde entier, les financements internationaux ont commencé à arriver comme jamais auparavant.

De plus, la Guinée est un pays riche: il suffit de rappeler qu’elle détient un tiers des réserves mondiales de bauxite. Pour ne donner que quelques exemples d’une perspective économique qui montre combien la Guinée a connu une croissance ces dernières années, rappelons que le pays a un taux de croissance d’environ 8% et que seul le Fonds monétaire international a accordé à Conakry un programme d’investissement triennal (2018 – 2020) de 650 millions de dollars. Bref, l’histoire personnelle d’Alpha Condé est vraiment unique, tout comme le rare chemin qui, de l’abîme d’Ebola, a ramené le pays dans une perspective de croissance et de vie démocratique normale. Bien sûr, le chemin triomphant a été pris, mais le dernier mot n’a pas encore été écrit. Les investissements doivent être achevés, tout comme les réformes et la modernisation du pays doivent l’être. C’est pourquoi le président Condé a demandé à son chef de gouvernement, Ibrahima Kassory Fofana, d’écouter le peuple, d’entamer des consultations avec toutes les forces économiques, politiques et sociales pour comprendre ce que la Guinée attend pour son avenir. Après les consultations, le vieux lion décidera quoi faire. Nous verrons dans quelques semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *