Posted On mars 14, 2018 By In Non classifié(e) With 48 Views

Les hôpitaux publics du Zimbabwe paralysés par une grève des médecins

Harare, 14 mars 2018 (AFP)

Les services d’urgence des principaux hôpitaux publics du Zimbabwe ont refusé mercredi d’accueillir la plupart des patients à cause d’une grève des médecins du pays qui exigent une amélioration de leurs conditions de travail.
Le mouvement a débuté il y a deux semaines par un arrêt de travail des jeunes diplômés pour obtenir de meilleurs salaires et déplorer les pénuries de médicaments dans leurs établissements.
“Nous ne reprendrons le travail que lorsque tous les problèmes que nous avons soulevés seront réglés”, a proclamé l’Association des médecins des hôpitaux du Zimbabwe (ZHDA).
“Nous observons avec inquiétude la fermeture de presque tous les hôpitaux centraux, des services pour enfants, des hôpitaux provinciaux et des services d’urgence à travers tout le pays” en raison de la grève, a poursuivi le syndicat dans un communiqué.
Les jeunes pratiquants ont été rejoints mercredi par leurs aînés.
Cette grève constitue un test de la volonté de réformes du nouveau président du pays, Emmerson Mnangagwa, qui a pris les rênes du pays en novembre après la démission de Robert Mugabe.
M. Mnangagwa a promis de relancer l’économie et les finances du pays, sorties exsangues du règne sans partage de trente-sept ans de M. Mugabe.
“Mon frère avait un rendez-vous pour son bras cassé mais les médecins ne s’occupent plus que des cas les plus graves”, a déploré Sicelo Phahlane en quittant l’hôpital d’Etat de Mpilo à Bulawayo, la deuxième ville du pays (sud).
“Ce gouvernement doit tenir compte des revendications des médecins pour sauver des vies et montrer qu’il suit une politique différente du précédent”, a poursuivi M. Phahlane.

Tags : , ,