Posted On mars 29, 2018 By In Non classifié(e) With 28 Views

Libye: le maire de Tripoli interrogé par les services de sécurité (bureau du procureur général)

Tripoli, 29 mars 2018 (AFP)

Le maire de Tripoli est actuellement en état d’arrestation et est interrogé par la police, a indiqué jeudi soir à l’AFP un haut responsable du bureau du procureur général, quelques heures après que le Conseil municipal a annoncé que le maire avait été “enlevé”.
Abdelraouf Hassan Beitelmal, maire de la capitale libyenne depuis août 2015, est “soumis à des procédures légales”, a indiqué le chef des investigations au bureau du procureur général, Seddik al-Sour.
Il est “actuellement interrogé par la direction générale des investigations sous l’autorité du procureur général”, a-t-il ajouté, affirmant que le maire pourrait être “relâché à tout moment”.
M. Sour n’a pas donné de détails sur les accusations qui pèsent sur le maire ni sur les circonstances de son arrestation, mais une source des services de sécurité a précisé à l’AFP qu’il avait été “arrêté” dans le cadre d’une “affaire de corruption”.
Le Conseil municipal avait annoncé plus tôt dans un communiqué que M. Beitelmal avait été enlevé chez lui dans la nuit de mercredi à jeudi par un groupe armé inconnu. Des hommes armés ont pris d’assaut la maison du maire et l’ont emmené “par la force des armes” vers une destination inconnue, selon ce texte.
Le Conseil municipal a dénoncé plus tard dans un deuxième communiqué une “tentative de brouiller la vérité sur l’enlèvement et tromper l’opinion publique”. Il a affirmé que le maire ainsi que deux de ses enfants avaient été “agressés” lors de l'”enlèvement”.
– “Crime organisé” –
Le Conseil municipal avait appelé le gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, à “prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour libérer” le maire.
Il a par ailleurs annoncé la suspension de toutes ses activités pour protester contre cet “enlèvement”.
Un membre du Conseil municipal a indiqué à l’AFP que le maire n’avait pas reçu de convocation pour comparaître devant la justice.
La mission de l’ONU en Libye a “condamné l’enlèvement” et a “mis en garde contre la multiplication des cas d’enlèvement dans la ville de Tripoli”, appelant toutes les parties “à dénoncer clairement cette tendance inquiétante à Tripoli et ailleurs en Libye”.
De son côté, l’ambassadeur britannique, Frank Baker, a dit être “très préoccupé par l’enlèvement”, soulignant que “le crime organisé est une grande menace pour la sécurité de la population en Libye”.
La Libye est sous la coupe de milices depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. En outre, deux autorités politiques se disputent le pouvoir: d’un côté, le GNA qui siège à Tripoli, et de l’autre, une autorité exerçant son pouvoir dans l’est du pays avec le soutien du maréchal Khalifa Haftar.
La sécurité s’est toutefois améliorée à Tripoli depuis l’été, des groupes loyaux au GNA étant parvenus à chasser de la capitale des formations rivales, au prix de combats meurtriers. Les enlèvements restent toutefois fréquents.

Tags : , , , ,