Posted On mars 10, 2019 By In SLIDER With 1951 Views

MAROC : L’AVENIR RÉSIDE DANS LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

Rabat – Par Azid Diouf

Avoir une vision éclairée, une capacité de conception et une capacité de l’exécuter ponctuellement sont des qualités rares pour tout homme d’État. Le roi du Maroc, Mohammed VI, a réussi. En fait, il est allé plus loin. Les suggestions journalistiques qui parlent de “révolution verte” et se réfèrent au souverain alaouite comme le “Roi Soleil” donnent la dimension de l’ampleur historique des résultats obtenus par “MVI”, comme le monarque est appelé informellement dans son pays.

Depuis le début de son règne, Mohammed VI a placé les énergies renouvelables au centre de son action de développement pour assurer au Maroc, un pays sans pétrole, un avenir prospère et durable. Ceci grâce à la collaboration ouverte avec les principaux acteurs internationaux du monde de l’énergie et à la collaboration active d’une bonne partie de la machine bureaucratique et administrative locale, qui a suivi avec efficacité et détermination la ligne gagnante tracée par le roi.

C’est en 2012 que le projet de 800 millions d’euros pour la construction de la centrale solaire de 160 mégawatts de Ouarzazate a été lancé. Six ans plus tard, à l’automne 2018, c’est Mohammed VI lui-même qui a fait le bilan de ce projet et de la stratégie sur les énergies renouvelables.  S’exprimant à Rabat, au Palais Royal, lors d’une séance de travail consacrée aux énergies renouvelables, le Souverain a rappelé comment tous les objectifs de son projet initial ont été atteints, y compris l’exploitation du plexus solaire Noor Ouarzazate (580 MW) qui, avec la synchronisation réussie de Noor Ouarzazate III, devient le plus grand complexe solaire en exploitation au monde.

Les centrales solaires de Noor Laayoune I et Noor Boujdour I ont également été achevées avec une capacité combinée de 100 MW. Il a également été mentionné que ces deux centrales ont été construites à l’aide d’un système de financement innovant, c’est-à-dire la première émission d’obligations vertes au Maroc. Une autre innovation voulue par Mohammed VI.  La réunion de novembre dernier au Palais a certainement été l’occasion de certifier la ponctualité des travaux réalisés, mais aussi de faire le point sur les projets futurs. Les responsables marocains de la politique énergétique ont profité de l’occasion pour présenter au Roi le calendrier de mise en œuvre du programme Noor PV II, la construction des systèmes photovoltaïques du complexe solaire Noor Midelt, le lancement de la construction du parc éolien à Midelt (180 MW) en collaboration avec l’italien Enel Green Power et Taza (pour une première tranche de 100 MW). Ce dernier est prévu pour le premier semestre 2019.

Lors de la réunion de Rabat sur l’énergie, il y avait tout le Maroc qui compte : du chef du gouvernement, Saad Eddine El Otmani, aux conseillers du roi, Fouad Ali El Himma et Yassir Zenagui, en passant par le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Benchaaboun, le ministre de l’énergie, des mines et du développement durable, Aziz Rabbah, la directrice générale de l’Office  national des hydrocarbures et des mines, Amina Benkhadra, le président du directoire de l’Agence marocaine de l’énergie durable (MASEN), Mustapha Bakkoury, et le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, Abderrahim El Hafidi. Un “parterre de rois” au vrai sens du terme qui démontre sans équivoque comment pour le Maroc la question des énergies renouvelables est considérée comme une véritable clé du succès pour l’avenir et donc une priorité absolue. Malgré l’obtention d’excellents résultats, Mohammed VI a tout de même demandé aux personnes présentes de faire un effort supplémentaire, à savoir réviser les objectifs pour les énergies renouvelables. MVI, en particulier, a demandé de dépasser l’objectif actuel de 52 % de la production nationale d’électricité d’ici 2030.

La vision, la ponctualité dans l’atteinte des résultats, la détermination du Souverain et du haut appareil de l’Etat, mais surtout l’acceptation du concept que les énergies renouvelables deviennent pour le Maroc un facteur de croissance et de succès seulement si le marché est libre et compétitif font que les opérateurs internationaux investissent dans les choix de Rabat et se concentrent sur le Maroc, l’élisant comme un pays symbole de la Renaissance africaine.

Par exemple, le consortium saoudien Acwa Power International, dont les travaux ont conduit à la construction de la centrale solaire de Ouarzazate, s’est intéressé au Maroc par de grands opérateurs. “L’intérêt particulier du Roi du Maroc, Mohammed VI, pour ce projet, les données concernant les aspects de coût, de temps et de techniques de mise en œuvre sont autant de facteurs qui nous permettent d’être optimistes quant à la réussite de ce projet”, a déclaré Abdullah Abunayyan, Président du Conseil d’Administration du consortium saoudien, à l’agence de presse marocaine Map, peu avant le démarrage des travaux. Et depuis lors, le Maroc a parcouru un long chemin sur la voie prospère des énergies renouvelables.

Un autre exemple de grande confiance dans les choix de libre marché et de libre concurrence énergétique faits par Rabat vient de la banque d’investissement allemande “KFW” qui, après avoir apporté une contribution initiale de 852 millions de dollars pour la construction de l’usine de Noor Midelt I, a approuvé un financement supplémentaire de 50 millions d’euros, accordé à Masen (Agence Marocaine pour une énergie durable), pour permettre le raccordement au réseau énergétique national du site de production.

Mais la preuve d’une plus grande confiance dans un Maroc qui garantit la transparence et la flexibilité du marché, la certitude des processus et des délais administratifs, la clarté des plans tarifaires, l’implication des parties prenantes dans les processus de libéralisation, est la présence stable dans le pays du leader mondial des énergies renouvelables, à savoir Enel Green Power (EGP), la société contrôlée par Enel spa, la principale industrie énergétique italienne. Sur le marché nord-africain, EGP Maroc met en œuvre une stratégie à long terme qui a comme jalon la victoire l’an dernier d’un appel d’offres pour la construction de cinq parcs éoliens de 850 MW. Un méga contrat qu’EGP a remporté grâce à un consortium qui a rejoint Nareva Holding, le géant local de l’énergie, et Siemens Wind Power, un leader mondial dans la production d’éoliennes.

La présence stable d’EGP au Maroc est peut-être la preuve la plus évidente que les choix du Souverain sont dans la bonne voie. Non seulement parce qu’elle s’est concentrée sur les énergies renouvelables comme moyen d’assurer un avenir prospère au pays, mais aussi parce qu’elle a établi que seul un marché ouvert dominé par des règles claires et transparentes peut attirer avec continuité et efficacité les principaux acteurs internationaux du secteur énergétique. Pour Mohammed VI, ce choix a certes une valeur économique mais aussi une valeur politique élevée. En ce moment, le Souverain Alaouite, en tant que leader politique, et le Maroc, en tant que pays émergent, sont pris comme exemple par toute l’Afrique et considérés comme une référence par la grande industrie énergétique internationale. L’investisseur le plus prospère de notre époque, Warren Buffet, a dit un jour : “Il y a quelqu’un assis à l’ombre aujourd’hui parce que quelqu’un d’autre a planté un arbre il y a longtemps”. Mohammed VI a commencé il y a des années à planter des arbres solides qui donneront bientôt de l’énergie et de nouvelles perspectives à son pays et à cette partie du continent qui saura l’imiter.

(Noor)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *