Posted On mars 2, 2017 By In Non classifié(e) With 43 Views

Maroc: nouvelle audience dans le procès en appel du Français Thomas Gallay

Salé (Maroc), 2 mars 2017 (AFP)

Une nouvelle audience dans le procès en appel du Français Thomas Gallay, condamné au Maroc pour appartenance présumée à une cellule “terroriste”, s’est tenue mercredi devant le tribunal de Salé près de Rabat, qui a fixé le verdict au 8 mars.
“L’audience a été longue et émaillée de plusieurs incidents et suspensions”, a indiqué à l’AFP l’un des avocats de la défense, Franck Berton.
“Je n’ai pas pu plaider en français, et ma plaidoirie a donc été traduite devant le tribunal par mon collègue marocain”, autre avocat de la défense, a expliqué M. Berton.
“Nous attendons désormais le verdict de la Cour à la prochaine audience, mercredi prochain (8 mars)”, a-t-il précisé.
Thomas Gallay, ingénieur de 36 ans originaire du sud-est de la France, est jugé en appel depuis octobre à Salé. Il est actuellement emprisonné dans la même ville.
Interpellé en février 2016 dans la ville d’Essaouira (sud), il avait été condamné en juillet à six ans de prison pour “soutien financier” à des personnes ayant voulu perpétrer des actes terroristes.
Selon sa mère, “on lui reproche d’avoir donné 70 euros à une connaissance”, un personnage au centre du dossier, après son installation à Essaouira en 2014. Thomas Gallay a été condamné sur la base de “faux aveux” que la police lui aurait fait signer en arabe, alors que c’est une langue qu’il ne parle pas, toujours selon Mme Gallay.
En novembre, Human Rights Watch, la Fédération internationale des droits de l’Homme et Amnesty international avaient dénoncé les “méthodes douteuses des policiers” dans ce dossier.
Thomas Gallay a notamment reçu le soutien de l’ex-ministre française de la Justice Christiane Taubira.
Dans une affaire séparée, la Cour d’appel de Salé a reporté au 8 mars l’examen de l’affaire d’un autre Français poursuivi pour actes liés au “terrorisme”, Manuel Broustail, a annoncé l’agence de presse MAP.
Cet ancien militaire français, converti à l’islam, avait été arrêté en mars 2016 à l’aéroport de Fès (centre), à sa descente d’un vol en provenance de Paris, en possession d’armes blanches, d’effets militaires, et d’une bouteille de gaz de camping. Il avait été condamné en octobre à quatre ans de prison ferme, notamment pour “constitution de bande en vue de préparer et de commettre des actes de terrorisme”.
Dans une troisième affaire, la Cour d’appel de Salé a réduit de 3 à un an de prison ferme la peine prononcée en première instance à l’encontre d’un ressortissant italien, interpellé en juin à l’aéroport d’Oujda (nord-est) et condamné notamment pour appartenance à l’organisation Etat islamique.

Tags : , ,