Posted On janvier 27, 2017 By In Non classifié(e) With 56 Views

Procès d’un député accusé d’homicide au Sénégal: jugement le 16 février (avocat)

Dakar, 27 jan 2017 (AFP)

Le tribunal qui juge le député sénégalais Barthélémy Dias, dissident de la majorité présidentielle, pour son implication dans des violences politiques meurtrières en 2011 à Dakar, rendra sa décision le 16 février, a indiqué vendredi à l’AFP un avocat de la défense.
Le procès de M. Dias, qui était suspendu depuis le 1er décembre, s’était rouvert mercredi devant le tribunal correctionnel de Dakar qui, à l’issue de deux jours d’audience, a renvoyé sa décision au 16 février, a affirmé cet avovat, Me Baba Diop.
Barthélémy Dias est député du Parti socialiste (PS), formation membre de la coalition au pouvoir et maire d’une commune de Dakar. Son immunité avait été levée le 11 novembre 2016.
Il a comparu en même temps que six autres prévenus: deux complices présumés et quatre assaillants de sa mairie. Tous sont accusés d’être impliqués dans des violences politiques survenues le 22 décembre 2011 à Dakar entre des opposants et partisans du président de l’époque, Abdoulaye Wade, qui se sont soldées par un mort balle et des blessés selon la police.
Le parquet avait requis mercredi à l’encontre de M. Dias dix ans de prison, pour “coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner” et “détention illégale d’armes”.
Il avait également requis cinq ans à ses deux complices présumés pour les mêmes délits. Les trois ont plaidé la légitime défense et nié avoir tué, leur défense soutenant que la balle fatale n’a pas été tirée des armes du principal accusé. L’arme incriminée demeurait introuvable.
Les quatre assaillants présumés de la mairie dirigée par M. Dias risquent deux ans de prison pour rassemblement non autorisé.
Barthélémy Dias a lié son procès à ses positions en faveur notamment d’un candidat du PS pour la prochaine élection présidentielle au Sénégal et sa proximité avec le maire de Dakar, Khalifa Sall, probable candidat à se scrutin.
M. Dias avait été filmé faisant usage d’une arme à feu le jour où sont survenues les violences, et avait alors invoqué la “légitime défense”. Il avait été arrêté puis détenu pendant plusieurs mois après ces troubles avant d’être libéré.

Tags : , , , ,