Posted On mars 30, 2018 By In PAYS, Photo galerie, République démocratique du Congo, SLIDER, VIDÈO&PHOTO With 62 Views

RDC: l’Ituri enterre “Sarkozy” et attend la “pax Kabila”

Bunia (RD Congo) (AFP)

Ce diaporama nécessite JavaScript.


L’Ituri a enterré “Sarkozy” jeudi avec les honneurs. Le commissaire de police Nicolas est une victime collatérale de la reprise inexpliquée des tueries dans cette province du nord-est de la République démocratique du Congo, où le président Joseph Kabila est attendu pour lancer une “conférence sur la paix”.
Le débonnaire commandant Nicolas, que tout le monde surnommait “Sarkozy” pour cause d’homonymie avec l’ex-président français, a fait les frais du réveil des hostilités entre deux des communautés locales, les Hema et les Lendu.
Une des multiples zones de tensions à neuf mois des élections dans l’est de la RDC frontalier de six pays – Soudan du Sud, Ouganda, Rwanda, Burundi, Tanzanie, Zambie.
Éleveurs et commerçants, la minorité hema est comparée aux Tutsi, face aux Lendus plus nombreux, agriculteurs comme les Hutu.
Depuis début février, des tueries ont fait plus de 120 morts d’après un décompte de l’AFP, principalement des Hema dans le territoire de Djugu, qui ont fui par dizaine de milliers, en Ouganda ou dans la province et son chef-lieu Bunia.
A Bunia, quelque 10.000 déplacés hema survivent sur un site derrière l’hôpital général. Huit enfants sont morts de diarrhée ou de paludisme depuis février, d’après le coordonnateur du site, le révérend-pasteur Ignace Bingi.
Et c’est aux abords de ce camp que “Sarkozy” le policier, membre d’une autre communauté, a été tué d’une pierre dans la tête.
L’officier de police a voulu protéger un ministre provincial lendu sur le point de se faire lyncher alors qu’il participait à une distribution humanitaire ce 15 mars en faveur des déplacés hema, d’après les témoignages.
“La pierre qui a tué Nicolas me visait”, affirme à l’AFP le ministre, Didi Angaika, qui raconte avoir été confondu avec un chef coutumier lendu par les hema: “Une femme m’a dit: +Nous allons te tuer+”.
Par son sacrifice, “Sarkozy” a peut-être épargné à l’Ituri un bain de sang. “Je ne sais pas ce que ma mort aurait pu signifier pour ma communauté”, admet le ministre lendu. Une provocation appelant des représailles sanglantes, selon des observateurs locaux.
L’Ituri attend le président congolais Joseph Kabila, qui doit annoncer les modalités d’une “conférence pour la paix” dans cette province riche en or.
– ‘Découper son voisin’ –
En attendant le président, l’heure est à l'”accalmie” des tensions, d’après plusieurs sources. L’armée qui a lancé une offensive après les tueries affirme avoir tué 28 “assaillants” et perdu dix hommes.
Des réfugiés congolais reviennent de l’Ouganda et 6.000 déplacés ont regagné les chefferies de Djugu, l’épicentre des violences, affirme la chaîne d’État RTNC.
En 1999-2003, un conflit Hema-Lendu avait fait 50.000 à 60.000 morts jusqu’à l’intervention de la force européenne Artemis sous commandement français.
Hema comme Lendu, personne ne comprend la reprise des violences alors que le gouverneur a évoqué fin 2017 la démobilisation des miliciens du FRPI, actif dans le sud de l’Ituri.
“J’ai vécu la guerre de 1999”, reprend Didi Angaika, le ministre lendu qui a failli se faire tuer. “A l’époque, il y avait un absence totale de l’État congolais. Aujourd’hui, il y a un gouvernement qui a largué un bon nombre de militaires sur le terrain”. A l’époque également, l’Ouganda voisin s’invitait dans le conflit.
“Maintenant, il n’y a aucune raison pour se lever le matin et commencer à découper son voisin”, selon un des députés de Djugu, Jean-Baptiste Dhetchuvi, un Hema d’un parti d’opposition, pour qui l’origine des violences ne fait pas de doute: “Ce sont des combattants lendu”.
Les Lendu du nord et du nord-ouest “n’ont plus de complexes d’infériorité par rapport aux Hema” mais ceux du sud “végètent dans la misère” et certains ont pu lancer “les hostilités”, selon un rapport du pasteur Ignace Bingi, fruit de ses échanges avec les rescapés hema.
“Un bon nombre de Lendu ont adhéré à une secte dénommée Codeco, où ont leur fait boire des drogues”, ajoute le rapport du pasteur.
“On ne sait pas qui tue qui”, réplique Jean-Marie Ndjaza Linde, premier vice-président d’une association culturelle lendu. “Tout ce qui se passe à Djugu se résume en quatre mots: manipulation, provocation, réaction et diabolisation des Lendu”, affirme-t-il. “Nous demandons aux Lendu de résister aux provocations”.
Juste après le premier massacre, le président de la commission électorale Corneille Nangaa s’est rendu en Ituri le 5 février, affirmant que “les Ituriens ont le droit d’aller aux élections du 23 décembre dans la sérénité”.
“C’est une situation qui risque d’impacter négativement sur le calendrier électoral si rien n’est fait”, a-t-il ajouté d’après des élus locaux et des médias. Une petite phrase qui a réveillé le souvenir des violences au Kasaï (centre), qui ont servi de prétexte aux autorités pour reporter les élections de décembre 2017 à décembre 2018.

Tags : , , , ,