Posted On février 1, 2017 By In Maroc, PAYS, Photo galerie, SLIDER, VIDÈO&PHOTO With 103 Views

Retour du Maroc à l’UA: une victoire surtout “symbolique”

Rabat (AFP)

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Le retour réussi du Maroc au sein de l’Union africaine est une victoire politique “symbolique” qui reste sans grande conséquence dans l’immédiat, notamment sur le dossier du Sahara occidental, et révèle surtout l’affaiblissement de l’Algérie, estime l’historien français et spécialiste du royaume Pierre Vermeren.
Comment analysez-vous le retour réussi du Maroc au sein de l’Union africaine (UA)?
Le Maroc avait claqué la porte de l’UA en 1984, il a choisi de revenir, et vient de réussir son retour. Les Marocains sont heureux et fiers, c’est normal. Et c’est incontestablement une victoire diplomatique pour le Maroc.
Mais personne n’est dupe. C’était avant tout une bataille symbolique. Dans l’immédiat, ça ne va rien changer dans les faits. C’est un succès d’estime, mais qui n’aura pas concrètement beaucoup de conséquences. Ce n’est pas, par exemple, une adhésion à l’Union européenne, avec des conséquences directes sur le niveau des échanges. L’essentiel, avec les pays africains, va continuer de se passer en bilatéral.
Quelles seront les conséquences sur le dossier du Sahara occidental, stratégique pour le royaume?
Sur le fond là aussi, les positions des protagonistes n’ont pas bougé d’un pouce. Pour le Maroc, ce sera sans doute mieux d’avoir son adversaire du Polisario +en visuel+ au sein l’UA. De leur côté, le Polisario et son soutien algérien vont en profiter pour dire que la réintégration marocaine vaut reconnaissance des frontières de la RASD (République arabe sahraouie démocratique, proclamée par le Polisario). A terme, de façon générale, ce sera peut-être une bonne chose, car on ne fait la paix qu’avec ses ennemis.
Depuis des années que les armes se sont tues, la bataille pour le Sahara se joue aujourd’hui surtout avec le reste de l’Afrique. Le Maroc a marqué un point, car la plupart des pays africains n’allaient pas s’opposer à son retour à l’UA. Mais ces pays que l’on pourrait qualifier de +tampon+ au sein de l’organisation ne vont pas pour autant rejoindre la position marocaine sur le Sahara.
Donc au final ça ne change pas grand chose dans l’immédiat. Ceci d’autant plus que ce dossier est actuellement géré par l’ONU, et non l’UA. Il ne faut pas se laisser tromper par un effet d’optique.
Comment jugez-vous le rôle de l’Algérie dans cette bataille?
L’Algérie a joué la carte de l’opposition à un retour marocain. Quand elle a vu la tournure que prenaient les choses, elle a changé de cheval, et assure maintenant que la réintégration du Maroc dans l’UA vaut comme une reconnaissance de la RASD par Rabat.
Mais l’affaire révèle également l’affaiblissement et la fragilité actuelle de l’Algérie, dont le président ne voyage pas, ne s’exprime pas, avec une politique étrangère gérée par des fonctionnaires. Alors que de l’autre côté, le dossier est directement entre les mains d’un roi chef d’Etat, fréquemment en tournée sur le continent.

Tags : , , , ,