histoire Tag

Paris (AFP) Le 15 octobre 1987, c’est par la radio que Mariam Sankara a appris la mort “inimaginable” de son mari Thomas, père de ses deux fils et de la révolution burkinabè, tombé sous les balles d’un commando à 37 ans seulement. Trente ans après, dans un rare entretien accordé à l’AFP, elle réclame que “les commanditaires et les auteurs” de cet assassinat soient enfin sanctionnés pour “que justice soit rendue”. “On ne regrette pas d’avoir connu un homme comme lui”, confie Mariam Sankara. “Thomas était une personne agréable, ilRead More
Alors que la Côte d'Ivoire a parfois été soupçonnée d'implication dans la mort de Thomas Sankara, Laurent Dona Fologo, ancien ministre et proche de Félix Houphouët-Boigny, nie toute implication ivoirienne et se souvient d'un jeune dirigeant burkinabè impétueux, s'installant avec ses pistolets à la table présidentielle.Read More
"Tuez Sankara et des milliers de Sankara naitront", aurait dit Thomas Sankara quelques mois avant son assassinat il y a 30 ans. Le capitaine-président du Burkina Faso et son béret rouge s'étalent désormais sur T-shirts, murs, posters, casquettes et même taxis...Read More
Abidjan (AFP) “Tuez Sankara et des milliers de Sankara naitront”, aurait dit Thomas Sankara quelques mois avant son assassinat il y a 30 ans. Le capitaine-président du Burkina Faso et son béret rouge s’étalent désormais sur T-shirts, murs, posters, casquettes et même taxis… Sa formule la plus célèbre, “La patrie ou la mort”, est régulièrement reprise dans les cortèges de manifestants en Afrique. Nul doute, Sankara est, à l’image d’Ernesto “Che” Guevara, devenu un symbole, voire un mythe dépassant largement les frontières du Burkina, où il a été la principaleRead More
Après des années d'omerta sur le dossier, la justice tente de relancer l'enquête sur l'assassinat de Thomas Sankara, le père de la révolution burkinabè tué lors du coup d'état d'octobre 1987, suscitant l'espoir d'un procès, trente ans après.Read More
Le Burkina Faso commémore dimanche les 30 ans de l'assassinat de Thomas Sankara, icône de la "révolution" d'une jeunesse se voulant panafricaine, fauché à 37 ans seulement.Read More
Chantre de l'anti-impérialisme, figure tutélaire du "printemps burkinabè", Thomas Sankara, dont le Burkina Faso commémore dimanche le 30e anniversaire de l'assassinat, est devenu un mythe panafricain, occultant les côtés sombres de son régime.Read More
Chantre de l'anti-impérialisme, figure tutélaire du "printemps burkinabè", Thomas Sankara, dont le Burkina Faso commémore dimanche le 30e anniversaire de l'assassinat, est devenu un mythe panafricain, occultant les côtés sombres de son régime.Read More
Ouagadougou (AFP) Chantre de l’anti-impérialisme, figure tutélaire du “printemps burkinabè”, Thomas Sankara, dont le Burkina Faso commémore dimanche le 30e anniversaire de l’assassinat, est devenu un mythe panafricain, occultant les côtés sombres de son régime. Le culte de celui qu’on surnommait “Che Sankara” est encore entretenu à travers toute l’Afrique, et particulièrement dans son pays qu’il dirigea de 1983 à 1987. Ses idées fortes, mais aussi sa mort, ont nourri la légende. Né le 21 décembre 1949 à Yako (Nord), Thomas Sankara a douze ans au moment de la décolonisation.Read More
Ouagadougou (AFP) Le Burkina Faso commémore dimanche les 30 ans de l’assassinat de Thomas Sankara, icône de la “révolution” d’une jeunesse se voulant panafricaine, fauché à 37 ans seulement. Procession, sit-in, colloque, exposition ou lancement d’une souscription pour ériger un monument au “Che Guevara africain”… Trois décennies après sa mort tragique, Thomas Sankara fascine autant par son destin romantique que le mystère si longtemps imposé, et toujours pas entièrement levé, sur sa fin. Sankara, c’est un capitaine de 33 ans qui fait irruption et bouscule la scène post-coloniale en 1983Read More