Posted On mars 23, 2018 By In Non classifié(e) With 27 Views

Zimbabwe: le principal parti d’opposition fait le ménage dans ses rangs

Harare, 23 mars 2018 (AFP)

La nouvelle direction du principal parti d’opposition du Zimbabwe a annoncé vendredi l’exclusion de trois de ses hauts dirigeants, accusés de lui désobéir à quelques mois à peine des premières élections de l’ère post-Robert Mugabe.
Le Mouvement pour un changement démocratique (MDC) est affaibli par les divisions depuis la disparition en février de son fondateur Norman Tsvangirai, mort d’un cancer.
Après moult remous, un de ses anciens vice-présidents, Nelson Chamisa, 40 ans, a été désigné président et investi jeudi candidat à l’élection présidentielle prévue en juillet.
Mais cette décision n’a pas fait taire les rivalités au sein du parti.
Vendredi, sa direction a donc décidé d’exclure son ancienne vice-présidente Thokozani Khupe, qui a longtemps revendiqué la succession de Norman Tsvangirai.
“Elle continuait à tenir des réunions illégales et à avoir des activités qui jetaient le discrédit sur le parti et entravaient son bon fonctionnement”, a justifié dans un communiqué un haut responsable du MDC, Morgan Komichi.
Le porte-parole du parti Obert Gutu et son secrétaire national à l’organisation Abednigo Bhebhe ont également été exclus.
Les dissensions qui agitent le MDC ont ouvert un boulevard au nouveau président du pays Emmerson Mnangagwa, investi candidat du parti au pouvoir, la Zanu-PF, pour la présidentielle.
Cacique de l’ancien régime, M. Mnangagwa, surnommé le “Crocodile”, a pris la tête du Zimbabwe après la démission forcée en novembre dernier du président Robert Mugabe au terme d’un règne sans partage de trente-sept ans.
M. Mnangagwa a promis à plusieurs reprises que les élections seraient “justes, libres et crédibles”.
Les scrutins qui se sont déroulés sous l’ère Mugabe ont tous été le théâtre de fraudes et de violences.

Tags : , ,