Paris, 27 oct 2017 (AFP)

La défense de Teodorin Obiang a dénoncé vendredi une « décision militante » après la condamnation du vice-président de Guinée équatoriale à trois ans de prison avec sursis pour s’être frauduleusement bâti en France un patrimoine considérable.
« Nous allons examiner tous les recours possibles », a indiqué Me Emmanuel Marsigny après ce jugement très attendu dans le premier procès des « biens mal acquis » à Paris.