Posted On septembre 4, 2017 By In Non classifié(e) With 510 Views

Cameroun: rentrée scolaire timide dans les zones anglophones

Buéa (Cameroun), 4 sept 2017 (AFP)

Les rues et les écoles de Buéa, capitale de la région du Sud-Ouest, l’une des deux régions anglophones du Cameroun dressées contre le pouvoir central de Yaoundé, étaient quasi-désertes lundi pour la rentrée scolaire, a constaté un journaliste de l’AFP sur place.
Certains militants anglophones avaient lancé un appel à “une rentrée morte” pour protester contre ce qu’ils appellent leur marginalisation par la majorité francophone. En réponse, un fort déploiement policier a été observé à Buéa, selon un journaliste de l’AFP.
Seulement un cinquième de l’effectif de l’an passé a repris le chemin de l’école cette année au lycée catholique de Buéa, ont indiqué à l’AFP les responsables de l’école, tandis que les bancs du lycée bilingue de Molyko étaient quasi-vides.
Cette rentrée scolaire intervient quelques jours après une mesure de décrispation du pouvoir central: mercredi, Paul Biya a ordonné l’arrêt des poursuites engagées contre des militants anglophones – poursuivis notamment pour “terrorisme” – devant le tribunal militaire de Yaoundé.
“Ce décret intervient clairement pour éviter une seconde année scolaire quasi blanche dans les régions anglophones”, a expliqué à l’AFP Hans De Marie Heungoup, analyste à l’International Crisis Group pour le Cameroun.
“Compte tenu de la situation qui se déroule ici dans la partie anglophone, il est important que les élèves reprennent la classe parce que la politique ne doit pas se mêler à l’éducation”, selon Isabelle Maffo, enseignante de la ville.
Depuis novembre 2016, la minorité anglophone – environ 20% de la population camerounaise estimée à 22 millions – proteste contre ce qu’elle considère comme une marginalisation.
Une grève des avocats, suivie de celle des enseignants, a dégénéré en crise socio-politique dans les deux régions anglophones. Certains anglophones exigent le retour au fédéralisme, d’autres réclament la partition du pays.

Tags :