Posted On avril 6, 2017 By In Non classifié(e) With 350 Views

En Algérie, Cazeneuve trouve une porte rouverte pour les investissements français

Alger, 6 avr 2017 (AFP)

En tournée au Maghreb, le Premier ministre français Bernard Cazeneuve a trouvé jeudi à Alger une porte rouverte aux investissements français, avec la conclusion promise d’ici la fin de l’année d’un accord sur une usine PSA Peugeot Citroën dans le pays.
Lors de leur conférence de presse commune au palais gouvernemental, son homologue algérien Abdelmalek Sellal a assuré que l’accord, pour lequel le gouvernement algérien tardait depuis des mois à donner son feu vert, serait conclu “au cours de cette année”.
“Pour Peugeot PSA je vous le confirme effectivement, il (le projet) verra le jour au cours de cette année”, a déclaré M. Sellal.
L’Algérie, en pleine polémique sur une usine Hyundai soupçonnée en réalité d’importer des véhicules quasiment assemblés, cherche à “rééquilibrer” ses projets pour augmenter la part produite sur place, a-t-il expliqué pour justifier les retards pris.
“Nous sommes en train d’analyser la situation de l’industrie automobile, nous faisons un audit pour rééquilibrer nos projets”, a affirmé M. Sellal, soulignant la volonté de l’Algérie d’exporter à terme des véhicules et non pas seulement ouvrir des usines pour son marché local.
Le projet d’usine PSA, qui viendrait s’ajouter à l’usine Renault ouverte à Oran fin 2014, était déjà proche de la conclusion il y a un an lors de la visite du précédent Premier ministre Manuel Valls. Mais le projet ne s’est pas concrétisé depuis.
Autre signe d’amélioration: M. Sellal a également fait état du règlement des contentieux opposant l’Algérie à Engie et Total, en disant souhaiter des partenariats avec la France dans la pétrochimie et les énergies renouvelables.
“Les contentieux sont réglés avec Engie et Total”, a affirmé le Premier ministre, sans toutefois donner plus de précision.
A l’été 2016, Total avait lancé une procédure d’arbitrage pour contester la façon dont Alger a rétroactivement modifié le partage des profits tirés du pétrole et du gaz. Quant à Engie, le groupe français cherche à renégocier ses contrats gaziers à long terme en Algérie, ce qu’Alger voit d’un mauvais oeil.
Depuis l’ouverture en grande pompe de l’usine Renault d’Oran, l’Algérie s’inquiète de ne pas voir se concrétiser d’autres investissements français majeurs. La visite de M. Cazeneuve n’a d’ailleurs donné lieu qu’à la signature d’accords mineurs.
Et le Premier ministre a été appelé indirectement à faire davantage.
– Chemin ‘insuffisant’ –
“Je dois relever l’inquiétante tendance baissière des investissements français en Algérie, durant consécutivement les trois dernières années, s’inscrivant ainsi en contradiction par rapport à notre ambition commune de partenariat stratégique, singulièrement dans le secteur industriel”, lui a dit M. Sellal lors de leur rencontre à huis clos, selon son allocution distribuée aux médias.
S’il est “appréciable et remarquable par certains résultats atteints”, “le chemin parcouru par nos deux pays dans le domaine de la consolidation de leurs relations bilatérales est sans doute encore insuffisant”, a jugé le Premier ministre algérien.
“Quels que soient” les résultats de l’élection présidentielle française, la coopération franco-algérienne se poursuivra”, a estimé Bernard Cazeneuve, saluant une relation “absolument exceptionnelle” durant le quinquennat Hollande.
M. Sellal a assuré que l’Algérie “ouvrira(it) ses bras au président élu par le peuple français”, quel qu’il soit. Mais “l’Algérie souhaite l’élection d’un président proche de nos coeurs”, a-t-il dit en portant sa main à sa poitrine.
Le voyage de M. Cazeneuve, qui s’apparente à une tournée d’adieu, visait à souligner l’amélioration des relations de Paris avec les pays du Maghreb durant les cinq ans de pouvoir socialiste.
Passé jeudi matin fleurir le Monument des martyrs dédié aux victimes de la guerre d’Algérie, le Premier ministre doit s’envoler jeudi en fin de journée pour Tunis, où il doit rencontrer vendredi le président Beji Caïb Essebsi et son homologue Youssef Chahed.
Une rencontre est également prévue à Tunis avec le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj, en plein chaos en Libye.
M. Cazeneuve devait également rencontrer le président algérien Abdelaziz Bouteflika jeudi près d’Alger, selon le programme fourni par son cabinet. Mais la rencontre n’a finalement pas eu lieu alors que le chef de l’Etat est confronté à des ennuis de santé récurrents.

Tags : , , , , ,