Lire l'article complet>>"/>

Posted On février 2, 2021 By In _news-slider, Nouvelles With 0 Views

Ethiopie: Controverse sur le directeur de l’OMS Tedros, qualifié de “criminel” par son gouvernement

par Jerome Lagersie

Le directeur de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, est devenu, malgré lui, le symbole de la résilience, non pas au Coronavirus, comme on aurait pu l’espérer, mais aux accusations. De nombreux milieux l’accusent des pires maux mais il résiste ancré à sa chaise, sans jamais reculer. Le gouvernement de son pays, l’Ethiopie, par la bouche du chef d’état-major de l’armée, le général Birhanu Jula, l’a traité de “criminel”. De plus, dans une déclaration relayée par toutes les grandes agences internationales, Birhanu a expliqué que Tedros menace la sécurité nationale en soutenant les rebelles du Tigré, son groupe ethnique.

De très graves accusations sont tombées dans l’oreille d’un sourd, la communauté internationale restant pour l’instant les bras croisés. Tedros a publié un démenti, puis la machine médiatique qui s’est construite autour de lui a fait le reste. Ainsi, une fois de plus, le directeur de l’OMS est resté à sa place pour veiller à ses intérêts et à ceux de ses alliés. Le secret de cet ancien ministre des affaires étrangères du précédent gouvernement éthiopien, qui a bâti sa fortune sur la gestion des aides humanitaires destinées à la Corne de l’Afrique. D’énormes ressources économiques accumulées au fil du temps, la capacité de diriger la communication et les organisations humanitaires.

Les accusations du général Birhanu sont très graves car elles expliquent comment Tedros non seulement agit en tant qu’ambassadeur diplomatique du Tigré, mobilisant toute sa puissance médiatique pour faire avancer cette cause, mais aussi procure des armes aux rebelles.

Tedros s’en est sorti comme ça: “Il y a eu des rapports qui suggèrent que je prends parti dans cette situation – a déclaré Tedros dans sa déclaration – mais ce n’est pas vrai, je veux dire que je ne suis que d’un seul côté et c’est le côté de la paix ».

Birhanu est d’un avis très différent : “Lui-même – a déclaré le général à la télévision – est membre de ce groupe et est un criminel. À ce stade, pour rendre le tableau un peu plus clair, il est peut-être utile de rappeler que l’Éthiopie et l’Érythrée, et avec elles toute la Corne de l’Afrique, sont tenues en otage par le Tigrinya depuis plus de 20 ans. Une histoire non racontée par la soi-disant grande presse ou mal racontée.

En effet, ce groupe ethnique, après avoir vaincu la dictature communiste du Derg grâce à l’aide décisive des Érythréens, a immédiatement réussi à conquérir le gouvernement d’Addis-Abeba et, à partir de là, a géré le pouvoir pendant plus de deux décennies, laissant les deux groupes ethniques majoritaires d’Éthiopie, les Oromo et les Amara, en marge et luttant âprement contre leurs anciens alliés érythréens. Une domination obtenue grâce à la capacité du Tigrinya à apparaître aux yeux des Occidentaux, surtout américains, comme la force d’équilibre qui aurait garanti la paix dans la région et protégé avant tout les intérêts de Washington et de Bruxelles.

Une opération réussie qui, année après année, a permis au premier ministre historique de Tigrinya, Meles Zenawi, puis à Tedros, son digne héritier, de garder le pouvoir fermement entre les mains de leur groupe ethnique. Les choses ont d’abord changé avec les émeutes de rue des Oromo et des Amara contre les élites de Tigrinya, puis avec la montée au pouvoir d’Abiy Ahmed. Un jeune leader, progressiste et pacifiste, élu Premier ministre par le peuple, qui en quelques mois a conclu un accord de paix avec l’Érythrée, a renforcé les anciennes relations d’amitié avec ce peuple tout en forgeant une solide entente personnelle avec le président Isaias Afewerki, un leader qui a toujours été prêt à soutenir les projets de pacification et de développement de la région.

A partir de ce moment, les élites de Tigrinya, désormais désespérées, ont tenté de réagir avec tous les instruments à leur disposition. Ils ont d’abord tenté de renverser le gouvernement nouvellement élu, puis ils ont essayé de tuer le président Abiy, entre-temps nommé lauréat du prix Nobel de la paix, un prix qu’ils partageaient moralement avec Afewerki, puis, se voyant perdus, ils ont commencé à jouer sur le plan des provocations militaires et, naturellement, sur le plan des médias, leur ancienne spécialité.

Les militaires du côté de Tigrinya, qui au fil des ans avaient concentré la partie la plus visible de l’armement éthiopien dans leur région natale, ont donc d’abord fait fi des accords de paix et ont poursuivi leurs provocations armées contre les Érythréens. Finalement, ils ont décidé de se rebeller contre l’autorité centrale d’Addis-Abeba, proclamant de fait l’autonomie du Tigré. C’est le vieux rêve de Meles et de ses associés : vider l’Ethiopie de toutes ses richesses puis balkaniser la région en assurant au Tigré un rôle hégémonique.

À ce moment-là, après avoir tenté diverses médiations et après avoir subi une grave attaque dans sa base de commandement du Nord avec de nombreuses pertes, l’armée éthiopienne a brisé les hésitations et est entrée en armes au Tigré, rétablissant l’ordre et sanctionnant ainsi une énième et définitive défaite de cette minorité. Mais c’est là que, selon diverses sources éthiopiennes, Tedros, le dernier Tigré encore en activité, revient en jeu. Et il le fait avec ses propres armes : les relations internationales et la communication.

Dans ces conditions, il ne peut en fait que faire usage de ce qui lui reste : beaucoup d’argent et de nombreuses relations établies au fil du temps. Selon des sources politiques à Addis-Abeba, la énième campagne de désinformation lancée ces derniers mois pour discréditer le Premier ministre Abiy est inspirée par le peuple Tigrinya dans le seul but d’affaiblir la réputation internationale du gouvernement éthiopien.

Apparemment, et ce ne sont là que des exemples, la plupart des émeutes et des violences qui ont éclaté à Macallè et dans d’autres villes du Tigré sont dues au fait que l’armée locale, avant de se rendre à l’armée régulière éthiopienne, a ouvert les prisons, libérant ainsi des milliers de criminels de droit commun. L’histoire des voitures des ONG arrêtées par l’armée éthiopienne est vraie, mais elle s’est produite uniquement parce qu’il y avait des preuves valables que ces voitures étaient destinées à faire fuir les dirigeants du Tigré recherchés par les autorités éthiopiennes. Et encore : plusieurs témoignages montrent que les frontières avec l’Erythrée sont libres, dans le sens où ceux qui veulent rentrer chez eux, y compris les réfugiés qui étaient otages du Tigrinya, le font. Le récit des déportations semble être encore une autre fabrication médiatique. Même certaines lettres envoyées par d’anciens ambassadeurs semblent tout à fait spécieuses et révèlent une tentative désespérée de sauvegarder des intérêts personnels consolidés avec l’ancienne administration Tigrinya.

Il est maintenant clair que nous sommes confrontés à une énorme urgence humanitaire, résultat de trois crises distinctes et très graves qui s’additionnent : la famine (post criquets), la pandémie et l’intervention militaire au Tigré qui, ne l’oublions pas, était nécessaire pour sauvegarder l’existence même de l’Éthiopie mise en danger par les Tigréens du TPLF. Une situation terrible que chacun devrait affronter sans spéculer pour atteindre ses propres objectifs politiques ou hégémoniques. Mais jusqu’à présent, les Tigrins n’ont pas écouté la raison, continuant à jouer leur jeu désespéré, essayant de s’opposer par tous les moyens au cours d’une histoire désormais marquée.

Dans ce scénario dramatique, on retrouve un personnage comme Tedros qui, en tant que figure de proue de l’Organisation mondiale de la santé, devrait sauver le monde de la pandémie, mais qui semble au contraire uniquement préoccupé par la protection des intérêts de ses parrains, la Chine en premier lieu, et de ses compatriotes tigrins. Son objectif est clair : espérer que la Chine le soutiendra lors de sa prochaine réélection au poste de directeur, défendre ses intérêts économiques et ceux de la clique de Tigrinya. Un style, d’ailleurs, en accord avec l’histoire de sa vie.

Tedros sait d’ailleurs que tout sera en jeu dans les mois à venir. S’il quitte l’OMS, il perdra de la visibilité et des relations internationales, notamment avec les OGM qui, malgré eux, ont trop souvent fait la fortune du Tigrinya. Si elle perd le pouvoir, elle risque également que tôt ou tard, les Éthiopiens puissent documenter devant un tribunal international le rôle criminel qu’elle a joué lors de sa gestion dans le précédent gouvernement éthiopien.

En ce sens, un rôle décisif, et dans ce cas positif, pourrait être joué par les États-Unis d’Amérique. La nouvelle administration dirigée par Joe Biden a repris une série de dossiers que Donald Trump avait rejetés. Il s’agit notamment de la Corne de l’Afrique et de l’OMS. Kamala Harris a déjà parlé à Tedros pour annoncer le retour des États-Unis au sein de l’Organisation. Il reste à voir si Washington, en cette période de pandémie, va maintenant permettre à l’OMS d’être hétérodirigée par l’intermédiaire de Tedros ou si elle va faire un effort pour mettre dans cette chaise une personne qualifiée, ayant une histoire personnelle irréprochable et prête à être le véritable garant de la santé publique mondiale.

(Associated Medias) – All Rights Are reseved