Libreville, 16 août 2017 (AFP)

Un remaniement ministériel va avoir lieu « dans les prochains jours » au Gabon, a confirmé le président Ali Bongo Ondimba mercredi dans son traditionnel message pour la fête de l’indépendance, près d’un an après sa réélection contestée.
M. Bongo a indiqué qu’il avait demandé à son Premier ministre de « mettre immédiatement au travail le gouvernement qui sera formé dans les tous prochains jours », dans un discours télévisé à la veille du 57e anniversaire de l’indépendance du Gabon.
Ce nouveau gouvernement sera formé « conformément aux conclusions du dialogue politique », a-t-il ajouté.
Ce « dialogue politique » pouvoir-opposition-société civile a été voulu par M. Bongo pour tenter de sortir le Gabon des tensions politiques nées de l’élection présidentielle d’août 2016 et des violences post-électorales.
Le rival de M. Bongo, Jean Ping, a refusé d’y participer et continue de se proclamer « le président élu », allant jusqu’à affirmer que l’actuel chef de l’Etat va bientôt quitter le pouvoir.
« Il n’y a pas un Gabon de la majorité et un Gabon de l’opposition, encore moins un Gabon d’ailleurs », a insisté M. Bongo alors qu’une partie de la diaspora conspue les officiels gabonais pendant leur déplacement à l’étranger.
Le président gabonais a aussi estimé qu’il y avait dans son pays, qui connait une grave crise économique en raison de la chute des prix du pétrole et d’un manque de diversification économique, « beaucoup trop de mouvements sociaux, intempestifs et pas souvent justifiés ».
A l’occasion de la fête nationale de l’indépendance, M. Bongo a reçu du président français Emmanuel Macron un message de « sincères félicitations », aussi adressées au peuple gabonais.
« Usage diplomatique tout à fait routinier », selon une source française, ce message ayant été perçu au Gabon par certains opposants qui réclament le départ d’Ali Bongo comme un soutien au président.