Posted On avril 23, 2017 By In Non classifié(e) With 377 Views

Kenya: l’écrivain Kuki Gallmann blessée par balles

Nairobi, 23 avr 2017 (AFP)

L’écrivaine d’origine italienne Kuki Gallmann a été grièvement blessée par balles dimanche matin dans la réserve privée qu’elle dirige dans le centre du Kenya, région actuellement en proie à un cycle de violences sur fond de sécheresse, a-t-on appris auprès de la police kényane.
Auteure d’une autobiographie (“I Dreamed of Africa”) adaptée au cinéma en 2000 avec l’actrice Kim Basinger dans le rôle principal, Kuki Gallmann a été attaquée par des éleveurs armés au moment où elle inspectait en voiture la réserve Laikipia Nature Conservancy, a expliqué à l’AFP Ezekiel Chepkwony, chef de la police locale.
Kuki Gallmann, 73 ans, figure bien connue de la lutte pour la protection de la vie sauvage, “a été touchée à l’estomac”, a ajouté un autre responsable de la police sous couvert de l’anonymat, assurant que la police soupçonne des membres de l’ethnie pokot d’avoir mené cette attaque.
L’écrivaine a d’abord été emmenée pour des premiers soins à Nanyuki, ville située non loin de la réserve, avant d’être transportée à Nairobi, pour être opérée, selon sa fille Sveva.
Le chauffeur de Kuki Gallmann n’a pas été blessé, a précisé M. Chepkwony, selon lequel la police a par la suite échangé des coups de feu avec les assaillants, en blessant certains d’entre eux mais sans parvenir à les interpeller. “Nous continuons à les rechercher, et la sécurité a été renforcée”, a-t-il dit.
Un garde de le ferme de Mme Gallmann a lui assuré que les éleveurs avaient tenté de pénétrer dans la propriété après l’attaque.
– Déploiement de l’armée –
La situation est particulièrement volatile dans le centre du Kenya où se sont multipliées ces dernières semaines les violences impliquant des éleveurs semi-nomades, dont les troupeaux sont durement affectés par la sécheresse qui sévit actuellement en Afrique de l’Est.
Ces tensions, qui ont entraîné le déploiement de l’armée dans la vallée du Rift, ont fait au moins 30 morts depuis décembre.
Dans le comté de Laikipia, ce sont plusieurs milliers d’éleveurs – certains armés de lances, d’autres d’armes automatiques – qui ont pénétré illégalement dans des ranchs et réserves privés à la recherche de pâtures pour leurs chèvres, vaches et moutons.
La réserve de Kuki Gallmann avait déjà fait l’objet d’une attaque le 29 mars, lors de laquelle les assaillants avaient pillé et brûlé des lodges pour touristes, qui n’étaient pas occupés à ce moment précis. Cette attaque avait été menée par des éleveurs qui accusaient les forces de l’ordre d’avoir tué du bétail dans cette réserve, selon les médias locaux.
Un fermier britannique a été tué le 6 mars alors qu’il inspectait les dégâts causés dans son ranch par les éleveurs et leurs bêtes.
Les raisons de ces invasions de terres sont complexes. Certains évoquent la sécheresse ou une augmentation de la taille des troupeaux. D’autres assurent que l’approche des élections générales prévues en août et des accaparements de terres à répétition ont attisé les tensions.
Le leader de l’opposition kényane, l’ancien Premier ministre Raila Odinga, a publiquement condamné l’attaque contre Kuki Gallmann, soutenant que “des hooligans profitent de la sécheresse pour mener des attaques injustifiées contre ces propriétaires de ranch”.
Selon le quotidien Daily Nation, Laikipia Nature Conservancy est la plus grande réserve privée du comté de Laikipia, avec une superficie d’environ 100.000 acres (environ 400 kilomètres carrés).

Tags : , , , ,