Lire l'article complet>>"/>

Posted On avril 1, 2020 By In _news-slider, Nouvelles With 0 Views

La stratégie de l’égoïsme fait plus de morts que le virus

Par Guido Talarico

“Supposons que vous ayez le choix entre deux politiques de santé, A et B. La politique A entraînerait la mort de nombreuses personnes âgées. La politique B entraînerait la mort de nombreux enfants, en particulier des nourrissons. Lequel choisiriez-vous ?” Ainsi commence un article écrit pour “LSE (London School of Economics) Africa” par Alex Broadbent, directeur de l’Institut pour l’avenir de la connaissance et le professeur associé Benjamin T H Smart, tous deux de l’Université de Johannesburg.

“En ce moment – écrivent les deux professeurs – nous sommes confrontés à un choix entre des mesures plus ou moins drastiques pour ralentir la propagation du COVID-19, un virus qui, au moment où nous écrivons ces lignes, n’a pas fait de victime de moins de 10 ans, et très peu avant 30 ans, avec le risque qui au contraire augmente exponentiellement avec l’âge. Nous mettons en place des mesures qui conduiront à la malnutrition et à la faim pour des millions de personnes, mettant particulièrement en danger les bébés et les enfants. Beaucoup d’entre eux sont nés et vont mourir en Afrique.

“Pourtant”, poursuivent les deux chercheurs, “il y a peu de discussions sur les conséquences pour la santé humaine des mesures que nous prenons. Il n’y a pas non plus de discussion sur l’importance des grandes différences entre l’Afrique et l’Amérique, l’Europe et l’Asie. Le site web de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne contient aucun conseil technique sur la manière dont les gouvernements africains devraient traiter leurs contextes très différents. Les conseils sont les mêmes au niveau mondial, mais le contexte ne l’est pas. Ne pas reconnaître qu’une dimension ne convient pas à tous pourrait avoir des conséquences mortelles dans cette région, peut-être même plus mortelles que le virus lui-même.

Sur la pandémie que nous connaissons, la question de l’analyse, des stratégies et des choix qui en découlent est cruciale. Pourtant, peu de pays, à l’exception peut-être de la Chine et de la Russie, semblent raisonner en ces termes. En Occident, une logique d’urgence semble prévaloir, teintée de beaucoup d’émotion, qui a répondu aux attaques du virus par des lock-out. Elle a enfermé les citoyens dans leurs maisons, leurs activités de production et leurs frontières. C’est un choix compréhensible qui répond avant tout à une urgence sanitaire dramatique, mais qui ne tient peut-être pas compte des effets qu’entraînera à moyen et long terme ce type de fermeture.

Nous constatons déjà certains effets dramatiques de ces fermetures. L’abolition de facto de Schengen met fin à un pacte qui permet à tous les Européens de circuler librement depuis 1985. Dans la première véritable urgence, l’accord totémique de la Communauté européenne est tombé à l’eau. La question des euro-obligations: le Nord de l’Europe n’en veut pas parce qu’il les considère trop chères et parce qu’il ne fait pas confiance aux pays du Sud. A la tête de ce front se trouve l’Allemagne, oubliant le fait qu’après la guerre, elle a en fait souscrit à la totalité de sa dette publique, qui, étant égale à 100% du PIB, ne pourra jamais être remboursée. Sur la chaire du Non aux euro-obligations, pour donner un autre exemple, les Pays-Bas se sont également levés, Pays Bas dont l’économie se porte bien parce que le pays, dans le silence des autorités de l’UE, s’est transformé en paradis fiscal au détriment de tous les autres.

Cela semblait impossible et pourtant cela arrive. L’Europe des fermetures et des non, construite après deux guerres mondiales qui ont tué des millions de personnes, est déjà brisée en deux et risque d’être balayée par une politique qui n’a aucune vision à long terme. Il est certain que les euro-obligations sont un sacrifice pour les pays les plus vertueux et les moins endettés du Nord. Mais quel sera le coût d’une scission ou, pire, de la fin de la Communauté européenne pour eux aussi ? Se sont-ils demandé quels prix ils paieraient eux aussi ? Selon les mots d’Angela Merkel et d’Ursula von der Leyen, il semblerait que ce ne soit pas le cas. Et la réponse à la question de savoir pourquoi des hommes d’État de cette ampleur se comportent de cette manière est déplorable mais incontestable. La politique actuelle ne cherche pas toujours les meilleures solutions, les plus efficaces pour elle-même.

Depuis des années, nous voyons une classe politique dirigeante qui cherche le consentement de ses électeurs face aux problèmes, et non la bonne solution. Et ceci introduit le thème de la fin de la démocratie, que les universitaires et les politologues du monde entier ont poursuivi de manière inédite depuis bien trop longtemps. Si la politique européenne est à l’écoute du ventre et non de la tête de son électorat, elle conduit à des situations implosives comme celle-ci. Il n’est donc pas étonnant que même les démocrates les plus ardents aujourd’hui regardent la Chine et la Russie avec attention et intérêt.

Dans ce contexte, les idées des deux professeurs sud-africains semblent donc particulièrement appropriées. Ils se concentrent sur l’Afrique et pour nous, cette préoccupation qui est la leur, dans un moment comme celui-ci, peut même sembler non prioritaire. Mais ce n’est pas le cas. Dans une économie mondiale hyper-connectée par les crises, on ne s’en sort pas en fermant les frontières et en ne pensant qu’à soi. Cela vaut pour les Allemands par rapport aux Européens du Sud, mais aussi pour les Américains, les Asiatiques et les Européens par rapport aux Africains.

“En Afrique”, écrivent Broadbent et Smart, “des millions de personnes mourront de faim si l’économie mondiale entre dans un ralentissement prolongé. Nous devons nous demander si ce nombre sera supérieur à celui que COVID-19 tuera dans une région où seulement 6,09% de la population a plus de 65 ans. Nous n’assistons qu’au début du désastre économique, et donc du désastre sanitaire, qui nous submergera en raison des mesures de distanciation sociale.

La situation n’est pas facile. Mais pour cela, nous devons faire le moins d’erreurs possible. La pandémie est dramatique. Son escalade dans le monde entier est de dimension biblique. Le risque de contagion – c’est maintenant clair – ne sera vraiment terminé que lorsque le vaccin arrivera, c’est-à-dire dans environ un an. Mais le triste bilan des décès devrait nous faire réfléchir. Ils seront plus nombreux dus au virus ou alors dus à la crise économique ? Quelle est la logique qui doit nous guider ?

C’est la logique du moindre mal. Les médecins, en première ligne aujourd’hui comme jamais auparavant, doivent faire des choix comme celui-ci tous les jours. Qui sauver et qui abandonner à leur sort. Même la politique, dans ce cas, est condamnée à la logique du moindre mal. Mais les choix doivent être faits avec la tête et non avec les tripes et avec un regard plus lointain et prospectif. Évaluer chaque scénario et ses effets à long terme, avec l’aide de ceux qui sont compétents, ceux qui ont la capacité d’analyser et de prévoir. Nous jouons bien plus que la santé de quelques-uns, nous jouons l’avenir de tous.

(Associated Medias)