Lire l'article complet>>"/>

Posted On juillet 20, 2022 By In _news-slider, Nouvelles With 0 Views

Le projet Colors de Simone Santi au Mozambique, le basket-ball, une occasion de renaissance sociale

L’entrepreneur italien, propriétaire du groupe Leonardo, après Rome, a créé à Maputo une réalité qui a impliqué plus de 4.000 jeunes, à qui il offre une nouvelle perspective sur la vie. “Et”, dit-il, “nous n’en sommes qu’au début”.

par Giulio Talarico

Au Mozambique, il y a une grande histoire de sport et de solidarité, le tout d’une marque italienne. Il s’agit du projet Colors fondé par Simone Santi, un entrepreneur italien aux multiples facettes, qui est depuis longtemps transplanté à Maputo, bien que voyageant toujours entre l’Italie, l’Afrique et le Moyen-Orient, pour soutenir la croissance de son groupe Leonardo. Pour raconter cette histoire, il faut commencer par dire que Santi, aujourd’hui également président de la Chambre de commerce européenne et de la Chambre de commerce italienne au Mozambique, est un grand amateur de basket-ball, un sport qu’il continue à pratiquer avec l’enthousiasme d’un jeune garçon tous les mercredis et samedis avec un petit groupe de joueurs mozambicains, sur le terrain couvert de la Baixa, dans le vieux quartier portuaire de la capitale.

La deuxième passion de Santi est la Lazio, le football bien sûr, mais surtout le basket. La famille Santi, après tout, a toujours signifié S.S. Basket Lazio à Rome. Son père Gianni, le véritable géniteur, mais aussi le grand-père, les oncles et les frères de Simone ont tous toujours été, et de manière très autoritaire, dans ce sport, ayant couvert presque tous les rôles, du joueur au manager. Outre les équipes mozambicaines, Simone est actuellement président de deux équipes de basket-ball à Rome, l’une jouant dans la série D masculine et l’autre dans la série C féminine.

Le projet Santi’s Colors est l’enfant de cette double passion et vise à utiliser le sport comme une opportunité d’étude et de croissance sociale pour les jeunes. Il est né en 2007 dans la banlieue de Lazio (sous l’égide et l’affiliation, unique dans le domaine du basket, de l’historique biancoceleste polisportiva, le plus grand du monde), dans le but de rapprocher du monde du basket les jeunes qui ont grandi dans des contextes difficiles et précaires. Les Saints, avec un groupe d’amis de longue date, travaillent dans les banlieues les plus difficiles du Capitole (de Laurentino 38 à Corviale) au milieu de mille difficultés, aussi parce que trouver des tribunaux de régulation est toujours une entreprise compliquée. Mais le projet s’avère immédiatement un grand succès, à tel point qu’il s’étend au Mozambique, où Simone a travaillé assidûment entre-temps.

Et c’est précisément à Maputo que se révèle le véritable potentiel social, avant même le potentiel sportif, du projet Colors. Le premier centre a été ouvert dans l’orphelinat Arco Iris de Zimpeto, un quartier populaire de la périphérie de la capitale mozambicaine, où opère également la Communauté de Sant’Egidio, et qui a également été visité par le Président de la République Sergio Mattarella lors de son récent voyage à Maputo.

Après Zimpeto, plusieurs autres centres ont été ouverts en l’espace de quelques mois sur l’ensemble du territoire, de la capitale à Pemba, la principale ville du nord du Mozambique. Simone Santi trouve les fonds nécessaires pour ouvrir plusieurs centres coup sur coup. La plupart d’entre eux sont financés par son groupe Leonardo, et dans certains cas, comme avec Eni, il obtient la construction d’aires de jeux. La grande collaboration reste cependant avec ceux qui travaillent sur le terrain et aux côtés des jeunes. Comme l’université Don Bosco de l’Opéra, les orphelinats et les écoles locales, le projet Colors se développe d’année en année. Depuis le début des activités, des milliers d’enfants ont été retirés des rues, plus de 4 000 selon Santi. Aujourd’hui, il y a 350 joueurs actifs, un chiffre impressionnant pour un pays où le basket n’est pas le sport national numéro un.

Ce qui est offert à ces jeunes, c’est de pouvoir trouver une issue aux environnements difficiles dans lesquels ils grandissent et ont l’habitude de vivre.  Le sport, donc, comme une opportunité d’étudier, de s’épanouir dans un environnement sain et stimulant et donc de pouvoir aspirer à mener une vie normale, avec peut-être de bonnes perspectives d’emploi. Y a-t-il des résultats tangibles de ce chemin vertueux que propose Colors ? Des centaines. Simone Santi connaît presque par cœur l’histoire des filles et des garçons qui sont passés sous les couleurs du S.S. Lazio Basket Mozambique. Nous racontons ici, à titre d’exemple, l’histoire de Faby, une jeune fille orpheline de père et de mère, qui, grâce à une bourse d’études mise à disposition par le projet, a réalisé son rêve d’aller étudier aux États-Unis, plus précisément à Dallas, où elle pourra se mettre en avant en tant que joueuse de basket, mais surtout profiter de la grande opportunité d’une éducation de qualité telle que l’américaine.

Un autre épisode important du Projet Colors, et de Simone Santi personnellement, a été la renaissance d’Abdul Jelani, un basketteur de la NBA, de la S.S. Lazio et de Libertas Livorno, tombé en disgrâce à cause d’une série de mésaventures et contraint de vivre dans un refuge pour sans-abri de la Sun Belt. Après avoir lu l’histoire de Jelani dans un journal et sa dramatique déchéance, Santi s’est lancé sur sa piste avec la détermination d’un entrepreneur, déterminé, de toutes ses forces, à ramener la “main de Mahomet” (comme on l’appelait à l’époque de son militantisme en Italie) en Italie et dans une vie normale. Après des semaines de recherche, Santi a fini par le retrouver parmi les sans-abri d’une petite ville du Midwest américain. Sans hésiter, Santi l’a récupéré et lui a ensuite offert un rôle d’entraîneur dans son équipe. Une offre acceptée avec passion et émotion par l’ancienne star de la NBA. Une histoire mémorable qui a fait le tour du monde et qui a également permis de faire comprendre au grand public ce qu’était l’idée de basket solidaire de Santi et comment le projet Colors fonctionnait dans la réalité.

Le projet Colors, après tout, consiste à récupérer les plus faibles, les moins chanceux et les perdus. En bref, les couleurs sont synonymes de vengeance, de solidarité et de perspectives d’avenir. C’est une réalité vraiment étonnante, qui, lorsqu’on la retourne, est très frappante. J’ai eu la chance de le connaître de près, de toucher son fonctionnement. J’ai été invité par Santi à visiter les différents camps de Colors à Maputo, qui sont dispersés, comme je l’ai dit, dans les banlieues et presque toujours inclus dans les circuits scolaires. J’ai apporté comme cadeau aux filles de S.S. Lazio Basket Maputo les maillots d’Associated Medias, notre agence de presse. J’ai ainsi eu l’occasion d’assister à des séances d’entraînement et même à un match de la Seria A mozambicaine dans laquelle joue la première équipe féminine de la S.S. Lazio.  Une équipe, il va sans dire, composée à 100 % de filles de la pépinière de Progetto Colors. Des filles spéciales, beaucoup déjà mères, presque toutes étudiantes. Je jouais avec eux, mais surtout je m’arrêtais pour leur parler. Ils m’ont parlé de leurs études, de leurs rêves. Ils m’ont raconté leurs journées, qui ne sont pas vraiment simples : beaucoup voyagent pendant des heures pour se rendre dans les camps. Mais ils font tout avec bonheur, en sachant qu’ils font partie d’un circuit privilégié. Ils le font avec la même joie qui se lit dans les yeux de Simone Santi, un homme qui a couronné son rêve et qui, comme il le dit, “n’en est qu’au début”.

(Associated Medias) – Tous droits réservés