Abidjan, 3 juil 2017 (AFP)

Magic System, le groupe star de la musique ivoirienne, qui a joué au Louvre lors de la fête organisée par les partisans d’Emmanuel Macron le soir du scrutin présidentiel français, a affirmé avoir ainsi voulu lutter contre « l’extrémisme ».
« Nous avions célébré cette victoire parce que le souhaitions et nous le voulions (…) C’était aussi un engagement du groupe pour dire non à l’extrémisme (…) et bravo à la France. Car c’est la somme de toutes les minorités qui fait la France de toutes les couleurs dont nous sommes fiers », a dit à l’AFP Salif Traoré, dit A’Salfo, le leader du groupe, rappelant qu’Emmanuel Macron affrontait la candidate d’extrême droite, Marine Le Pen, au second tour.
« Le fait que le président Macron invite Magic System est un clin d’oeil à l’Afrique (…) et à un groupe qui représente un pont culturel entre la France et le continent noir » a-t-il poursuivi. « C’est inédit de voir un groupe africain sur la scène au soir de la victoire d’un président français ».
« C’est la première fois qu’on chantait pour un homme politique, on était fier d’être au début de cette alternance en France ».
Le groupe Magic System, révélé à la fin des années 1990 avec le titre « 1er Gaou », est l’un des porte-drapeaux de la musique ivoirienne sur le plan international. Il puise son inspiration dans le « Zouglou », mouvement culturel ivoirien regroupant musique et danse, qui permet à la jeunesse de décrire dans une chorégraphie les problèmes et les maux de la société.