Lire l'article complet>>"/>

Posted On juillet 6, 2022 By In _news-slider, Nouvelles With 3 Views

Mattarella au Mozambique, le succès de la mission est le résultat d’un intérêt commun pour le gaz

6 juillet 2022

Le président de la République et son homologue mozambicain font pression pour accélérer les activités d’extraction qui voient plusieurs entreprises italiennes comme Eni et Saipem en première ligne. L’importance de la paix, rappelée à l’occasion du 30e anniversaire des accords de Rome, et des mots de condamnation de l’invasion russe

Maputo (Mozambique) – Du correspondant Guido Talarico

L’amitié historique entre les deux pays et leurs contingences énergétiques respectives ont fait en sorte que la première visite d’État au Mozambique du Président de la République, Sergio Mattarella, qui a été accueilli hier à Maputo par le Président Filipe Jacinto Nyusi, a débuté de manière positive. C’est ce qui ressort des propos tenus par les deux chefs d’État lors de la conférence de presse organisée à l’issue de la rencontre au palais présidentiel. En fait, Mattarella et Nyusi ont tous deux explicitement mentionné l’urgence énergétique qui avait éclaté en raison du conflit ukrainien comme un territoire commun sur lequel travailler rapidement dans l’intérêt mutuel.

En économie, on appelle cela un point d’équilibre et on le trouve lorsque l’offre et la demande se rencontrent. Le Mozambique contrôle ce qui est considéré comme le deuxième plus grand gisement de gaz au monde. Elle l’a découvert grâce à Eni il y a quelques années, mais il n’est pas encore entré en production. L’Italie, quant à elle, a découvert, en raison de la guerre en Ukraine, que la Russie n’est pas le partenaire idéal à qui elle peut confier 40 % de ses besoins énergétiques. Le point d’équilibre entre les deux pays était donc facile à trouver. Il y a aussi la variable temporelle qui unit l’Italie et le Mozambique. Les deux pays n’en ont plus beaucoup. Pour des raisons différentes, mais les deux doivent fonctionner, l’un pour acheter, l’autre pour produire.

Maputo – Le Président de la République Sergio Mattarella salué à la fin de la cérémonie de dépôt de gerbes au Monument aux Héros Mozambicains, aujourd’hui 5 juillet 2022.
(Photo de Paolo Giandotti – Bureau de presse et de communication de la Présidence de la République)

Mattarella et Nyusi se sont retrouvés unis par un véritable afflux d’estime et d’amitié, enfant d’une histoire ancienne, pavée d’héritages positifs. La coopération post-coloniale et d’urgence, les accords de paix de Rome, qui ont mis fin à une longue et sanglante guerre civile et dont cette année marque le 30e anniversaire, sont quelques-uns des jalons d’un solide chemin de proximité. Mais si le résultat de cette visite d’État peut être qualifié de succès, c’est grâce à la ferme volonté des deux présidents de donner une forte accélération sur la voie du gaz. Plus tôt elle arrivera, mieux ce sera pour tout le monde.

C’est pourquoi, lors de la conférence de presse, ils ont tous deux explicitement mentionné le développement des activités d’Eni à Cabo Delgado comme une priorité absolue.  “La collaboration qui a lieu sur le plan énergétique à travers l’action de l’ENI”, a déclaré le chef de l’État, “est stratégique. Le démarrage prochain de l’exportation de gaz naturel liquéfié depuis l’usine de Coral Sul, gérée par ENI, est une étape importante qui témoigne de la valeur de notre collaboration, et j’espère qu’elle pourra être étendue à d’autres entreprises italiennes”.

Mattarella e Nyusi

Eni joue un rôle décisif pour l’avenir du Mozambique. C’est le champion italien du pétrole et du gaz qui a découvert l’énorme gisement au nord, dans les eaux au large de Cabo Delgado. Une découverte qui a changé l’histoire économique et sociale de ce pays. Nyusi appelle le PDG d’Eni par son nom et Claudio Descalzi fait de même avec le président mozambicain : une intimité qui témoigne de l’amitié et de l’estime qui lient les deux hommes et les institutions qu’ils représentent. Après tout, l’Italie est le principal investisseur étranger au Mozambique, un engagement qui se poursuivra dans le temps, étant donné que, pour donner un exemple, Eni elle-même pourrait, d’ici 2024, doubler ses approvisionnements en gaz par rapport aux 3,4 millions de tonnes de GNL par an (MTPA) actuels.

ENI, SAIPEM ET LES AUTRES, L’IMPORTANCE DE LA PRÉSENCE ITALIENNE

Mais au Mozambique, il n’y a pas que Eni. Il est bon de s’en souvenir. Le système italien dans ce long pays de la côte sud-est de l’Afrique est beaucoup plus profondément enraciné. Saipem, autre entreprise italienne leader dans la conception et la construction d’infrastructures industrielles complexes, a signé un accord exclusif avec la Compagnie nationale des hydrocarbures du Mozambique (ENH) pour la monétisation du gaz domestique. Cela signifie que lorsque le gaz sera extrait par Total, un autre acteur encombrant sur la scène énergétique mozambicaine avec les Américains encore plus encombrants d’Exxon, Saipem devra alors se charger de la vente au détail et, avec une partie des recettes, lancer des projets de développement économique local. Il s’agit d’un accord d’une grande valeur stratégique pour le gouvernement de Maputo et d’une grande valeur économique pour Saipem, une entreprise qui a récemment enregistré de lourdes pertes et qui, dans l’attente d’un changement à la tête de l’entreprise, qui tarde à arriver, traverse une phase difficile.

Signée en présence du ministre des ressources minérales et de l’énergie, Carlos Zacarias, cette commande peut produire une partie des 400 millions de pieds par jour nécessaires à des projets de développement industriel tels que le méthanol ou l’urée. Saipem a également repris le contrat de maintenance de l’usine Coral Flotation Nlg, qui s’ajoute au projet de Total de construire deux usines de liquéfaction à terre.  Un projet que Total a toutefois suspendu pour l’instant en raison du risque terroriste, qui subsiste dans le nord du pays. Il convient également de rappeler que le travail d’Eni et de Saipem engendre des activités de développement et d’induction pour de nombreuses autres entreprises italiennes, telles que Bonatti, Renco, Cmc, Leonardo Group, Rina, Prysmian, Faresin et Donelli.

En bref, la présence italienne au Mozambique est une présence qui se ressent. L’un des plus articulés et cohérents de toute l’Afrique, que Mattarella, accompagné comme toujours de sa fille Laura, a voulu renforcer dès le départ. En effet, dans la salle de conférence de la présidence de la République du Mozambique, l’accord de coopération a également été signé par la vice-ministre des affaires étrangères Marina Sereni. Le “Plan indicatif pluriannuel (PIP) Italie – Mozambique 2022-2026” est axé sur cinq domaines thématiques prioritaires. A savoir la santé, la création d’emplois, l’agriculture, le développement urbain et l’environnement. Avec un engagement financier indicatif de 85 millions d’euros pour les trois premières années, dont 35 millions d’euros de subventions et 50 millions d’euros de crédits d’aide. Un accord qui vise à harmoniser l’engagement italien avec le “Programme quinquennal du gouvernement du Mozambique (FPG 2020-2024)” et les stratégies de développement nationales et sectorielles.

LES VALEURS DE LA PAIX – L’AG AG AG AG AGRESSION DE LA R RUSS DU CONDAM DE L’HISTOIRE

Dans son discours, M. Mattarella a ensuite abordé d’autres questions sociales et humanitaires importantes, parallèlement aux questions économiques. Rappelant les accords de Rome, le Président de la République italienne a longuement insisté sur les valeurs de la paix. Sur celui obtenu par le peuple mozambicain au prix de nombreuses vies, favorisé par la Communauté de Sant’Egidio et signé à Rome en 1992, mais aussi sur la guerre en Ukraine.

Maputo – Il Presidente della Repubblica Sergio Mattarella nel corso della cerimonia di consegna delle Chiavi della Città, oggi 5 luglio 2022.
(Foto di Paolo Giandotti – Ufficio Stampa per la Stampa e la Comunicazione della Presidenza della Repubblica)

L’affirmation selon laquelle il existe des zones d’influence des grandes puissances, a déclaré Mattarella, est déconnectée de la réalité. Elle contraste avec le sens et la valeur de la paix que nous entendons cultiver aujourd’hui, car nous ne pouvons et ne devons pas nous abandonner à la coutume de la guerre. L’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine voit la réapparition de doctrines telles que le militarisme et l’impérialisme, mais elles ont déjà été “condamnées par l’histoire”.

Une Russie condamnée par l’histoire, ce sont des mots courageux que Mattarella utilise pour célébrer la médiation italienne qui a conduit à la Paix de Rome en ramenant le Mozambique à la vie, mais ils le sont encore plus parce qu’ils nous rappellent dans un contexte international combien l’invasion militaire russe en Ukraine est un acte d’agression brutal à condamner toujours et dans tous les cas.

Après les remerciements répétés du président Nyusi et la remise des clés de Maputo, qui est la plus haute distinction municipale, il est clair que la visite d’État de Mattarella a été appréciée et a atteint tous ses objectifs. L’Italie est liée au Mozambique par une amitié historique et est toujours prête à aider. Surtout maintenant qu’elle a désespérément besoin de son gaz pour se libérer du joug russe. Le Mozambique, quant à lui, joue son avenir ici et maintenant. Soit elle accélère et répond à la demande de ceux qui ont besoin de son gaz aujourd’hui, soit dans deux ans, lorsque les effets de la crise ukrainienne se seront, espérons-le, atténués, il sera trop tard. Celui qui s’arrête est perdu. A Maputo, la course a repris.

(Associated Medias) – Tous droits réservés