Niamey (AFP)


Un journaliste de chaîne de télévision indépendante « Bonféreye », Baba Alpha, a été écroué lundi à la prison de Niamey pour « faux et usage de faux en écriture » en lien avec sa nationalité nigérienne, a indiqué son avocat, Me Boubacar Mossi.
« Le journaliste et son père, âgé de 70 ans, ont été placés sous mandat de dépôt et l’instruction poursuivra son cours », a indiqué Me Mossi sur des télévisions privées.
« C’est un journaliste très critique à l’égard du régime. Apparemment à défaut de lui trouver une faute dans le cadre de l’exercice de sa profession, on est allé trouver une faute de nature privée », a dénoncé l’avocat.
Selon la presse locale, Baba Alpha serait de « nationalité malienne » et aurait acquis la nationalité nigérienne « de manière irrégulière ».
Le journaliste et son père ont été placés en garde à vue depuis jeudi et auditionnés lundi matin au parquet qui leur a décerné un mandat de dépôt.
Omar Sidi, une autre personne accusée dans l’affaire, a été également incarcérée.
Baba Alpha est actuellement le secrétaire général du Syndicat des travailleurs de l’Information et de la Communication (SYNATIC). Dans un communiqué le SYNATIC a « apporté son indéfectible soutien » au journaliste « connu pour sa droiture et son professionnalisme ».
« Il n’est un secret pour personne: le camarade Baba Alpha est né à Niamey et a fait tout son cursus scolaire en territoire nigérien », a relevé ce syndicat.
Baba Alpha, présentateur du journal de la très populaire télévisé « Bonféreye », a occupé le poste de président de la Maison de la presse, une association qui regroupe les organes de presse du pays.