Warri (Nigeria), 6 août 2017 (AFP)

Au moins douze personnes ont été tuées dimanche lors de l’attaque d’une église du sud-est du Nigeria par des hommes armés, a-t-on appris de sources hospitalières et auprès de témoins.
L’attaque s’est produite dans l’église catholique St Philippe d’Ozubulu, près d’Onitsha, à 300 km à l’est de Lagos, la capitale économique du Nigeria.
« Pour le moment nous avons douze personnes mortes qui reposent à la morgue et d’autres qui reçoivent des soins médicaux », a affirmé à l’AFP un responsable de l’hôpital universitaire Nnamdi Azikiwe de Nnewi, où les victimes ont été transférées.
Plusieurs fidèles ont reçu des blessures par balles, a ajouté ce responsable, sans en préciser le nombre, ni la gravité des blessures.
Le chef de la police de l’Etat d’Anamba, Garba Umar, a indiqué de son côté que la fusillade n’était due qu’à un seul homme armé. « D’après les éléments en notre possession, il est clair que la personne qui a mené cette attaque était un résident local », a-t-il assuré.
« D’après ce que nous savons, un homme armé vêtu de noir et la tête couverte d’une casquette est entré dans l’église durant l’office de 6h00 à l’église catholique St Philippe, s’est dirigé dans une direction précise et a ouvert le feu », selon le chef de la police.
« Après avoir ouvert le feu sur sa cible, il a continué à tirer, tuant et blessant plusieurs fidèles », a poursuivi le policier sans apporter de bilan des victimes.
Selon lui, une poursuite a été lancée par les forces de l’ordre pour retrouver le tireur qui a pris la fuite.
Selon des témoins, le nombre des victimes pourrait atteindre la vingtaine et les assaillants étaient au moins cinq.
« J’étais sorti de l’église pour me détendre quand j’ai entendu des coups de feu et des cris et vu des gens entrer en courant dans l’église », a affirmé un de ces témoins, Chukwuma Emeka.