Kano (Nigeria), 25 oct 2017 (AFP)

L’une des femmes du chef du groupe jihadiste Boko Haram, Aboubacar Shekau, a sans doute été tuée lors d’un raid aérien de l’armée nigériane visant un rassemblement de membres de l’organisation, a annoncé mercredi le porte-parole de l’armée de l’air du Nigeria.
« Des efforts sont entrepris pour confirmer la mort supposée de la femme de Shekau ainsi que d’autres terroristes de Boko Haram », a déclaré dans un communiqué le porte-parole, Olatokunbo Adesanya.
Les chasseurs de l’armée ont pris pour cible « un important rassemblement de terroristes de Boko Haram » dans l’Etat de Borno (nord-est) le 19 octobre, selon lui.
La femme présumée morte du chef du groupe jihadiste a été présentée comme « Madame » Fitdasi qui, selon le porte-parole de l’armée, « représentait » son époux à « une réunion de coordination avec d’autres terroristes ».
Shekau, qui a pris la tête de Boko Haram en 2009, est connu pour avoir quatre épouses. L’une d’elles, Hassana Yakubu, avait été arrêtée par l’armée dans le nord-est du Nigeria en 2012, puis relâchée en 2013.
Depuis son apparition il y a huit ans, Boko Haram, qui mène notamment des attentats suicides au Nigeria, mais aussi dans les pays voisins comme le Cameroun, le Niger et le Tchad, a provoqué la mort d’au moins 20.000 personnes.
Les Etats-Unis ont offert une prime de près de 7 millions de dollars pour toute information pouvant permettre l’arrestation et le jugement du leader de Boko Haram.