N’Djamena, 13 juil 2017 (AFP)

Un ancien candidat de l’opposition à la présidentielle de 2016, destitué en juin de la mairie de la capitale économique du Tchad pour « malversations financières », a été arrêté par la police jeudi à son domicile, a appris l’AFP auprès de ses proches.
Laokein Médard, ancien maire de Moundou, capitale économique du Tchad, a été interpellé jeudi après-midi sur convocation de la police judiciaire, selon ces mêmes sources.
Les policiers sont dans un premier temps « descendus chez lui sans convocation pour l’arrêter » avant de se rendre dans l’auberge dont il est propriétaire, a déclaré de son côté son avocat, Me Boniface Mouandilmadji, joint par l’AFP depuis Libreville (Gabon).
« La police est revenue vers 16h00 (15h00 GMT) avec une convocation à son domicile. Quelques minutes après ils sont venus le prendre pour l’emmener au commissariat », a poursuivi l’avocat.
M. Médard, président du parti d’opposition « Convention Tchadienne pour la Paix et le Développement », a été conduit au commissariat de Moundou, a appris l’AFP.
Pour procéder à l’interpellation de l’ex-maire, les forces de l’ordre ont tiré en l’air, ses partisans s’étant rassemblés autour de lui pour s’opposer à son arrestation, selon des témoins contactés par l’AFP.
Arrivé en troisième position à la dernière élection présidentielle d’avril 2016, Laokein Médard a été destitué fin juin pour « malversations financières » par le conseil municipal de Moundou.