N’Djamena (AFP)


Une dizaine de militaires tchadiens en état d’arrestation ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi dans l’attaque de leur convoi par des inconnus au cours de leur transfert vers une prison du nord du pays, a-t-on appris de source sécuritaire.
« La justice convoyait des prisonniers en attente de jugement et d’autres déjà jugés pour la prison de haute sécurité de Korotoro », a expliqué à l’AFP sous couvert d’anonymat cette source, ajoutant: « le convoi a été attaqué à 60 km (au nord) de N’Djamena par des hommes à bord de grosses cylindrées sans plaque » d’immatriculation.
« Les assaillants ont fait débarquer les prisonniers, ils les ont triés avant de les cribler de balles », a ajouté la source qui a évoqué un possible règlement de comptes entre soldats.
« Ces prisonniers tués sont tous des militaires dont un officier supérieur de l’armée », selon cette même source.
Cette attaque a été confirmée par le procureur général près la Cour d’appel de N’Djamena, Mahouli Bruno.
« Un tel acte ne saurait rester impuni. Une enquête judiciaire est ouverte par le parquet pour identifier les auteurs en vue de répondre de leur actes », a indiqué à la presse le magistrat, sans autre précision sur les circonstances.
« Une recherche à été lancée non seulement pour retrouver les assaillants en fuite mais également les prisonniers en fuite », a assuré le procureur général. Selon une source judiciaire, quelque 80 détenus qui se trouvaient dans le convoi se sont évadés après l’attaque.