Harare, 14 nov 2017 (AFP)

Le parti du président zimbabwéen Robert Mugabe a accusé mardi le chef de l’armée de « conduite relevant de la trahison » après que ce dernier ait adressé lundi une mise en garde sans précédent au chef de l’Etat.
Dans un communiqué, le parti présidentiel, la Zanu-PF, affirme que les critiques du chef de l’armée, le général Constantino Chiwenga, étaient « clairement destinées à perturber la paix nationale (…) et démontrent une conduite relevant de la trahison de sa part étant donné que cela était fait pour encourager au soulèvement ».